1977-2021

Sans eux, les amateurs d’art jurassiens ne connaîtraient sans doute ni Tchapkanov, ni Stoitchev, pas plus que d’autres artistes bulgares marquants. Depuis décembre 1977, Liuba Kirova, la Bulgare, et Peter Fürst, le Bâlois, animent à Séprais, dans un contour, une galerie dont ils ne sont pas allés chercher le nom très loin : Au Virage. Ils ont fait au plus simple, transformant une ferme en un espace d’exposition convivial, où l’accueil est toujours chaleureux et les découvertes intéressantes. Ici, la culture englobe aussi celle du vin et du petit lard, sans chichi, mais c’est avec sérieux et obstination que le couple mène sa barque, offrant au public des confrontations entre artistes de l’Est et autochtones.

Lorsqu’ils se rencontrent, Liuba Kirova et Peter Fürst décident de s’installer en Suisse romande. Ce sera Séprais par pur hasard. Le couple déborde de vie et d’esprit d’entreprise – ce côté pétillant qui marque en partie leurs œuvres, car elle est peintre et lui sculpteur. L’effervescence culturelle qui règne dans le Jura les incite à faire de leur demeure une galerie, et tant pis si à l’époque il en existe à foison dans la région : Forum et Pré-Carré à Porrentruy, Paul Bovée à Delémont, galerie du Val Terbi à Corban, le Tilleul à Perrefitte, la galerie d’Antoine Jecker à La Neuveville, sans compter les lieux plus officiels, comme le Musée jurassien des arts de Moutier. Il fallut un certain courage et même un brin d’inconscience pour ajouter sa propre pierre à l’édifice, par surcroît dans un endroit isolé de tout. Mais la passion et la persévérance ont fait le reste.

Le Virage est solidement ancré dans son tournant, les expositions s’y succèdent depuis trente ans, alors que l’usure et une certaine défection du public ont eu raison de plusieurs autres galeries pourtant proches du public régional, elles qui centraient leur activité sur la création jurassienne. Le secret du Virage a-t-il été de varier les genres, de faire alterner des peintres et sculpteurs bulgares, puis tchèques, slovaques, polonais, américains, et des artistes suisses et jurassiens pour aiguiser l’esprit de découverte du visiteur ? C’est probable, mais en plus, il a fallu de l’entregent et de la détermination. En quelques années, Peter et Liuba ont conquis par la variété de leurs choix un public qui a largement débordé les frontières régionales, et qui a été fidélisé par le rythme soutenu des expositions : plus de 160 en trois décennies, ayant réuni près de 140 artistes, ce n’est pas rien.

Si le Virage est devenu une vitrine appréciée de l’art bulgare, ses animateurs n’ont jamais griffé l’amour-propre jurassien, si sensible parfois, puisque Gérard Bregnard, Jean-François Comment, Max Kohler, Arthur Jobin, Gérard Tolck, Pierre Marquis, Jean-René Moeschler, Isabelle Roy et d’autres ont compté parmi leurs invités. Autant d’occasions de comparaison qui ont contribué à asseoir la réputation de ce lieu d’exposition peu commun, qui a vite fait partie intégrante du paysage culturel jurassien. Mais par sa situation agreste, son accueil à la fois professionnel et décontracté, il cultive un petit côté hors norme qu’on voit se prolonger à l’extérieur, par la Balade de Séprais. Une exposition permanente de sculptures monumentales surgissant des champs et de la lisière d’une forêt. Comme si le couple Kirova – Fürst, qui respire l’art et la vie, entendait communiquer sa passion à la campagne entière.

Jean-Pierre Girod

2022

«Ligne»

Robert Indermauer

«L’horizon perdu»

Beatrice Steudler

 

 

«Baz’Art 2022»

 

2021

«New vision»

Tchouki

« Au jour le jour »

Liuba Kirova

 

 

 

« La peinture en mantra»

Jean-René Moeschler

2020

« Archipelagos »

Sylvie Müller

 

« Le jardin de Peter »

Peter Fürst

 

«Baz’Art 2020»

2019

« Animaux »

Adrienne Barman

 

«Après 38 ans»

Milko Bojkov

 

«Baz’Art 2019»

2018

« Elixir »

Crystel Ceresa et Thierry Feuz

 

« La collection de Nick Hausman »

Buri, Fendt, Gertsch, Haubensak, Iseli, Kirova, Kreienbühl, Pfaff, Spescha, Tinguely, Tritten, Wiggli.

 

«Baz’Art 2018»

2017

« Dessins Au Virage »

avec Christine Boillat, Mirjana Farkas, Pascale Favre, Malizia Moulin, Augustin Rebetez, Tom Tirabosco, Léonard Félix, Denis Kormann, Eric Winarto, Alexia Turlin, Thanh Vu, Pierre Wazem, Sthéphanie Jeannet

2016

Cycle « Absurdations »

Dimo Kolibarov (16 avril – 8 mai), Robert Indermaur (11 juin – 3 juillet), Stoïmen Stoïlov (3 – 25 septembre), René Lovy (22 octobre – 6 novembre)

LE SITE EST ENCORE EN CONSTRUCTION